La politique énergétique 2030 : plein gaz et porte ouverte à l’exploitation des hydrocarbures au Québec

Bonjour membres et sympathisants

Le CMAVI a cosigné un texte d’opinion, voici le texte:

TEXTE D’OPINION SIGNÉ PAR 30 GROUPES CITOYENS ET ENVIRONNEMENTAUX

 

POINT DE VUE  – LE 14 AVRIL 2016

 

La politique énergétique 2030 : plein gaz et porte ouverte à l’exploitation des hydrocarbures au Québec

 

En dévoilant sa politique énergétique jeudi dernier, le gouvernement du Québec a promis un « virage historique » vers une économie « à faible empreinte carbone » d’ici 2030. Cette politique propose des cibles enthousiasmantes que nous appuyons sans réserves : améliorer de 15 % l’efficacité énergétique, réduire de 40 % les produits pétroliers consommés, éliminer le charbon thermique, augmenter de 25 % la part des énergies renouvelables et augmenter de 50 % la production de bioénergie.

 

Malheureusement, il est impossible de voir une cohérence entre ces cibles et la place centrale que la politique donne au gaz naturel fossile en encourageant son utilisation comme carburant de substitution pour l’industrie et le transport lourd, en s’engageant à étendre le réseau gazier et en soutenant la prolifération des usines de production de gaz naturel liquéfié (GNL), principalement à des fins d’exportation. Pour justifier cette orientation, la politique se fonde sur un indice d’émission de gaz à effet de serre (GES) du gaz naturel de 70, comparativement à 95 pour l’essence et à 100 pour le diesel. Or, ces chiffres ne décrivent qu’une partie de la réalité – celle du CO2  libéré lors de la combustion. Pendant les forages et la distribution, ainsi qu’après l’abandon des puits, le gaz naturel laisse échapper du méthane – un GES qui contribue 86 fois plus que le CO2 au réchauffement planétaire sur 20 ans. De plus, les réserves de gaz conventionnel s’épuisent et sont remplacées par du gaz de schiste, presque aussi polluant que le charbon.

 

L’orientation 4 de la politique, sur les énergies fossiles, est tout aussi étonnante. En complète opposition avec les cibles énoncées, on y reconnaît le parti pris du gouvernement pour l’exploitation du pétrole et du gaz en sol québécois. Le gouvernement y ouvre aussi la porte au transit du pétrole de l’Ouest sur notre territoire, en s’engageant simplement à favoriser « les modes de transport les plus sécuritaires ».

 

En somme, si la nouvelle politique promet des avancées appréciables en matière de réduction de la consommation de pétrole et plus timides pour l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables comme l’éolien et le biométhane, elle reste bien en deçà du virage historique annoncé vers une économie à faible empreinte carbone.

 

En fait, malgré l’Accord de Paris, cette politique confirme le maintien presque intégral du Plan d’action sur les hydrocarbures lancé il y a deux ans et des orientations pro-hydrocarbures dont les actions gouvernementales témoignent sans relâche depuis : injection de fonds publics dans le secteur pétrolier et gazier; règlement sur l’eau potable favorisant les forages; projet de loi permettant le développement pétrolier du golfe du Saint-Laurent; étude commandée à KPMG pour évaluer les besoins de main-d’œuvre liés au forage de 3 600 puits de gaz de schiste dans les Basses-Terres du Saint-Laurent; omission d’entamer en temps opportun les procédures pour obliger TransCanada à se conformer à la loi québécoise; refus de commander une étude du BAPE sur le passage quotidien de 220 wagons-citernes associé au projet de Chaleur Terminals au Nouveau-Brunswick, etc.

 

Ce faisant, la politique encourage la multiplication des infrastructures de production, de traitement et de transport de combustibles fossiles dont la durée de vie utile dépasserait de loin 2050, et met ainsi de côté la cible de réduction des émissions de GES de 80 % à 95 % que le Québec s’est donnée pour 2050.

 

Le Québec peut et doit faire mieux que cela. Le marché est inondé d’hydrocarbures et les prix n’ont pas été aussi bas depuis longtemps. Investissons plutôt nos fonds publics et nos talents dans l’économie d’énergie, dans l’efficacité énergétique et dans les énergies renouvelables. C’est ainsi que nous créerons aujourd’hui les emplois durables de l’avenir tout en préservant le capital naturel dont la planète nous a confié la garde pour nos enfants.

 

  • Matthew Chapman, Action Climat Montréal
  • Céline Lachapelle, Action Environnement Basses Laurentides
  • Monique Hains, Alerte Pétrole Rive-Sud
  • Roger Rashi, Alternatives
  • Marianne Papillon, Association madelinienne pour la sécurité énergétique et environnementale (AMSÉE)
  • André Bélisle, Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA)
  • Bernard Hudon, Centre Justice et Foi
  • Christian Foisy, Les Citoyens au Courant
  • Gabriel Meunier, Coalition Vigilance Oléoducs (CoVO)
  • Serge Fortier, Collectif Moratoire Alternatives Vigilance Intervention (CMAVI)
  • Jacques Tétreault,  Comité des Citoyens et Citoyennes pour la Protection de l’Environnement Maskoutain (CCCPEM)
  • Martine Chatelain, Eau Secours! coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau
  • Jérôme Dupras, Dominic Champagne, Éric Pineault, Annie Roy, Gabriel Nadeau Dubois et Laure Waridel pour l’Élan Global
  • Stéphane Brousseau, Enjeux énergies et environnement
  • Julie Goudreau, Environnement vert plus
  • Patrick Bonin, Greenpeace
  • Bruno Detuncq, Mobilisation Environnement Atuntsic-Cartierville (MEAC)
  • Maude Prud’homme, mouvement Tache d’huile
  • Mariejo Béliveau, Mur de femmes contre les oléoducs et les sables bitumineux
  • Éric Ferland, Projet ÉCOSPHÈRE
  • Andrée Chartier, Regroupement citoyen contre les bitumineux et pour le développement durable
  • Carole Dupuis, Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ)
  • Axtli Viau, Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE)
  • Irène Dupuis, Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie
  • Micheline Langlois, Stop oléoduc Capitale nationale
  • Ulla Gunst, Stop oléoduc Île d’Orléans
  • Thibaud Mony, Stop oléoduc Kamouraska
  • Odette Lussier, Stop oléoduc Montmagny-L’Islet
  • Anne Céline Guyon, Stop oléoduc Portneuf Saint-Augustin
  • Richard Renshaw, Terre sacrée

texte original: https://www.rvhq.ca/point-de-vue-la-politique-energetique-2030-plein-gaz-et-porte-ouverte-a-lexploitation-des-hydrocarbures-au-quebec/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s